Panfm05

1316-1328

Ovide Moralisé , Lib. XI, vv. 339-660

Tratto da: Ovide moralisé, poème du commencement du quatorzième siècle, par C. de Boer, Johannes Müller, Amsterdam 1920

 

Des lors prist le siecle à fouir

Et les richesces à hair

Et à converser ou boschages,

Aus champs desers, aus mons sauvages,

Mes ne pot son fol cuer tenter

Pour bois ne pour desert hanter

Ne sa fole entente lessier

Ne son gras engin desgressier,

Ains ot cuer rude et nice et sot,

Entre Sarde et Ipepes ot

Un mont, qui Thmolus ot à non.

Là n’abitent de ninphes non

Et satiriaus et gens qui vivent

Solitaire et le monde eschivent.

Ou saint mont mhTolus ot deus testes.

Là s’assist Pan, li diex des bestes,

Qui tint un frestiau de rosiaus,

si chalemeloit li tousiaus

Et chantoit une estrange note.

Mydas li soz, qui oit et note

Le chant estrange, s’esjoi

Et dist c’onc si douz chant n’oi.

Au son se delite et s’entent.

Pan fretele et se vait vantant

Dou chalemel de Cornouaille,

Et miex vault ses fratiax, sans faille,

Dist Pan, qui Mydas amusa,

Que la harpe que Phebus a.

Prez en est Pan de droit atendre

Et dou saint mont à juge prendre.

Quant Thmolus s’oit juge eslire

Dou frestiau Pan et de la lire

Phebuz, liquel a miendre son,

Pour oir la desputoison

A ses oreilles descombrees,

Qui d’arbres furent aombrees,

S’as de soi tout arbre estrangié

Fors chesne de glaon chergié.

Celui seul vault il retenir.

Lor s’assist, si fist Pan venir

Si li commande à desputer,

Et Pan commence a fleuter

Au chalemiau de Cornouaille,

Mes n’inert pas la chose paraille.

Pan chalemele estrangement.

Mydas l’ot curieusement,

Qui moult se delite en oiant.

Le son dou frestiau vait loant.

Emprez Pan s’est Mydas tornez

Vers Phebuz, qui s’iert atornez

Convenablement por venir

A sa querele maintenir.

Un mantel de porpre sanguine

Portoit, qui par terre traine;

l’arcon portoit en sa main destre,

et tuit la lire à la senestre,

qui fu de blanc yvoire ouvree

et de gemmes bien aornee.

Il atrempa son estrument,

Si chanta delitablement

Un son plain de grant melodie.

Tmolus, qui la note a oie,

Ou son de melodie à plain

Se delite et juge de plain,

Par droit, que la lire miex vaille

Que li frestiaux de Cornouaille.

Pan laist son frestiau reposer.

Mydas commence à exposer

Et à blasmer cest jugement

Et dist qu’il juge faussement,

Quar bien ose affermer et dire:

Miex vault li fretiax que la lire.

Mydas est seulz à cest descort,

Quar tuit li autre, à un acort,

Tindrent à loial et à bone

La sentence que Tmolus done,

Et s’acordent, sans contredire,

Que miex vault le son de la lire.

Li foulz, qui seulz la reprenoit,

Le frestiel à mieundre tenoit.

Phebuz se corrouce et s’aire

Vers le fol qui blasme la lire.

Grief vengance en prent à merveilles:

Il li alonge les oreilles

Qui sont de rude intelligence,

Si lor toult humaine semblance.

Il les emple de chenuz pous

Si les fet mouvoir sans repous.

Des oreilles samble asne sot

Mydas, et quant li las le sot,

De mitres, d’aumuces vermeilles

Couvri ses honteuses oreilles,

Mes li barbiers, qui les veoit,

Quant sa barbe et ses crins reoit,

Ne pot cest hontage celer,

Et si ne l’osa reveler.

Curieuz fu que l’en seust

Quelz oreilles mydas eust.

En un crot, qu’en terres foi.

Murmura, que nulz ne l’oi,

Pour dire ce que nulz ne sot,

Quelz oreilles ses sires ot,

Puis a la terre sus reclose

Sens dire à nuilli ceste chose,

Mes ne fu pas longue celee

La parole, ains fu revelee

Si com li barbiers l’avoit dite,

Quar, si com li auctours recite,

Entour la fosse espes leverent

Rosiaux, qui Mydas encuserent:

Au chief de l’an, quant meur furent,

Quant li vens i souffle, il murmurent

La parole qui converte iere,

Si fu seu en tel maniere,

Par le rosiau qui resonnoit,

Que Mydas oreilles d’asne ot.

Mydas note le riche aver,

Qui pour soi purgier et laver

Se confesse et à povre gent

Depart son or et son argent,

Si fet sa conversacion

Aus desers de religion

Entre religieuse gent,

Qui se vont dou monde estrangent

Et qui les malfetors reprennent

Et la gent ignorent aprennent

Com il se doivent contenir

S’il velt hermites devenir,

Mes pour maindre en nul hermitage

Ne puet changer son fol corage,

Son se ne son entendement,

Aucun aparissablement

Lessent les mondaines delicies,

Les honors et les benefices,

Qui maint musart ont amusé,

Dont il ont lonctemps mal usé,

Puis entrent en religion,

Mes ja lor fole entencion

Ne lo fol cuer ne lesseront,

Ne pour ce mieundre ne seront.

Li leus ne fet pas la persone

Devenir sage et sainte et bone

Se li cuers ne le saintifie,

Mes li sains homs de sainte vie

Fet le leu saint où il habite,

Ne li drap ne font pas l’ermite,

Mes li bonscuers, quant Diex li done,

Et la bone oeuvre où il s’adone

Fet l’ermite et le justifie.

Li sains mons Thmolus signifie

Le mont de contemplacion

Et de sainte religion.

Là sont li saint religieuz,

Qui sont fervent et curieus

De Dieu cognoistre et le servire,

Si vuelent le cors asservir

A mesgrir etmortefier

Pour les ames glorefier.

Là sont cil qui le monde eschivent

Et religiousement vivent

Si fuient les mondains meschiez,

Mes en la montaigne a deus chiez,

Quar en religion converse

Une gent sainte, autre parverse,

Et si com nulz ne puet trouver

Gent que miex puisse à droit loer

Ne mains reprendre ne remondre

De bons qui font profit en l’ordre 

Ne miex desservent paradis,

Ausi n’est il, ce m’est avis,

Nulz plus faulz ne plus cuer-failli

Que cil qui en l’ordre ont failli

Et qui n’ont que sole esperance

De vivre en voire penitance,

Ne de bien fere n’ont talent.

Entr’aulz siet et vait fretelent

Pan, qui les amuse et cunchie.

Pan note faulce ypocrisie,

Qui teulz gent maine à son bandon

Ausi com bestes en landon.

Li frestiaux Pan, se dire l’os,

C’est la vaine gloire et le los

De la gent qui cuer d’ipocrite

Folement amuse et delite:

C’est li frestiaux dont Pan frestele.

Fausse ypocrisie favele

Et fet croire à ses aprentis

Que tuit doivent estre ententis

De tel los desservir et querre,

Et miex lor vault avoir en terre

Honor et glorie à lor vivant,

Er estre où monde plus avant

Qu’il ne feront quant mort seroient

Li cors, qui ja n’ì partiroient.

Qui valot loenge emprez la mort?

Folz est et nices qui s’amort

A bien fere et à traveillier,

A jeuner et à veillier,

Et qui met son cors à destrece,

En penitance et en apresce,

Se tout nel fet aus gens savoir

Pour gloire et pour honor avoir.

Si que toute gent l’aime et prise!

Ensi amuse, ensi atise

Ypocrisie en frestelant

Ceulz qui lor fais vont revelant

Por avoire glorie et los au monde,

Mes li saint home et pur et monde,

Qui puor amour Dieu purement

Vuelent bien vivre et saintement

En l’estat de religion

En toute ont lor entencion

A fere oeuvre qui puisse plaire

A Dieu, n’ont de tel los que faire

De gloire et de loenge humaine,

Qui les ames à torment maine,

Ains tienent ceulz pour esbahis,

Pour deceuz et pour trais,

Qui pour tel vain los tranxitoire

Lessent la pardurable gloire,

Plaine de joieuse delice.

Cil font sans fraude sans malice,

Pour Dieu, sans autre entencion,

Le bons fruis de relegion.

Cil sont vrai moine et vrai hermite

Qui ne quierent autre merite

N’autre gloire de lor servise

Fors cele que Diex a promise

A ceulz qui por lui vaudrent traire

Paine et penitance et bien faire.

Cil ont le mantel de bone oeuvre,

Qui jusques piez traine et coeuvre

Aus piez, c’est à l’afection

Et li desirs dou cuer s’acorde

Aus oeuvres de misericorde

Et de voire religion,

Sans point de simulacion

Et sans resortir ne retraire

De bien ouvrer et de bien faire,

Ains perseverent de cuer fin

Et profitent jusqu’a la fin,

Plain de grace et d’amour devine,

Il ont le mantel qui traine,

Si portent l’arcon et la lire

Quant bien portent sans contredire

Tous les articles de la foi,

Et qui simplement, sans bouffoi,

Sans fallace et sans fiction,

Par voire predication

Font ceste lore à droit sonner

Et font aveucle sermonner

Paroir, sans nulle ypocrisie,

Les oeuvres de lor sainte vie,

Non pas pour vaine gloire avoir,

Mes pour les autres esmouvoir,

Par doctrine et par exemplaire,

Au mal lessier et au bien faire,

Et fuient le los tranxitoire,

Pour avoir perdurable gloire.

En ce seul se doit deliter

Qui bien veult vivre et profiter

En l’estat de religion,

Quar sainte contemplacion

N’a que faire de plaire aus gens,

Quar ne puet estre vrais sergens

De Dieu qui au monde veult plaire,

Mes preigne à saint Pol exemplaire,

Qui toute gloire et tout delit

Foui, firs un seul qu’il eslit,

C’est l’arbre de notre salu,

La crois, qui au monde a valu

Et qui nous a vivifiez.

Par ceste fu crucefiez

Saint Polz au monde et il a li.

Ceste gloire li abeli.

En ce se deporte et delite

Solement cuer de vrai hermite

Et de parfait religieuz,

Mes lo fol qui sont curieuz,

Dou son aus chalemeleours,

C’est dou los aus losengeours

Qui les amusent et decoivent

Si que li sot ne l’apercoivent,

Se delitent en vaine gloire,

Si lor fet lor faulz cuers acroire

Que miex vault la gloire dou monde

Que cele où toute joie habonde,

Si paissent lor rude oiement

Dou delit de vain loement.

Bien ont le sens amer et rude,

Si fu fet par simulitude

Qu’il aient asnines oreilles,

Mitres et aumuces vermeilles,

Quar li aucum si sont evesques

Ou cardinaulz ou arcevesques,

Si couvrent lor rude faintise

Souz les honors de sainte Yglise,

Mes cil cui tout est revelé,

Cui riens ne puet estre celé

Combien qu’il soit fet en reclos,

Qui considere lor esclos,

Cil voit lor rude entencion,

Et lor asnine affection,

Qui ore est en lor cuer enclose,

Fera savoir à la parclose,

Et reveler en audience

Les secrez de lor conscience,

Que qu’il lor doie vergoignier.

Cil vendra rere et rooignier

Tout vice et toute iniquité

Et toute superfluité

Et rendre à touz, moine ou hermite,

Clerc ou lai, selonc lor merite.

Dit vous ai de Midas, le sot,

Qui asnines oreilles ot

Pour ce qu’il aloit desprisant

La lire, et le frestel prisant.

Phebuz grief vengance en a prise

Pour ce que sa lire desprise.

Quant vengiez se fu dou dolent,

De Thmolus part: vait s’ent volent

Par l’air en Frige, à grant esles.