Adofm07

1316-1328

OVIDE MORALISÉ, Lib. X, vv. 1960-2093; 2438-2493; 3678-3809

 

vv. 1960-2093

L'enfes à dolour conceiiz

Est sous l'escorce tant creiiz

Qu'a droit terme vint et à point.

V oie quist, si n'en trouva point,

Par où peiist d'illuec partir.

L'arbre convint fendre et partir,

Ains que li enfes peiist nestre.

Les nimphes vindrent à son nestre,

Qui le reçurent etJeverent

Et de la mirre le laverent.

L'enfes fu biaux à grant devis.

Tant fu gens de cors et de vis

Qu'Envie loer le deiist.

Nulz nel veist qui ne creiist

Que le dieu d'amour ressamblast,

Se lor habit ne dessamblast.

Mout se change, mout se remue

Li temps; qui toute chose mue.

Riens ne se prent à s'isnelté.

L'enfes qui en desloiauté

Et à dolour conceiiz ere,

Fille de sa suer, niez dou pere,

Qui souz l'arbre ert, n'a pas grammer

Et nez estoit nouvellement,

Fu en poi d'ore jovenciaulz,

Sor tous autres plesans et biaux.

Adonis ot li tousiaux nom,

Qui mout estoit de grant renom.

Venus fu de s'amour esprise.

Adonis a vengance prise

De la grant honte et du mesfait

Que Venus à sa mere a fait

Quant el li fist amer son pere.

Or revenche Adonis sa mere.

Un jour besoit par grant amour

Venus son fil, le dieu d'amour,

Et l'enfes, qui l'ot embraciee,

L'a sous la mamele bleciee

D'un dart d'amours par mesprison.

N'a pas de legier garison

Cele qui de cest dart est pointe.

D'or fin esmeré fu la pointe,

Plus trenchant que rasoirs d'acier

Et ague, pour miex percier.

La plaie fu longue et estroite.

Angoisseuse fu et destroite

Venus pour le cop de la plaie,

Mes ce la con forte et apaie

Que la plaie samble petite.

Pour l'estroitesce la despite,

Mes tant com el plus la despise

Est elle plus d'amours esprise

Et plus art ses cuers et enflame.

Quant Venus, qui d'amours fu dame,

Ne pot contre amours avoir force,

Folz est qui contre amours s'esforce.

Venus ama. Nel pot desdire.

Pour ce vault tel amant eslire

Qui fust dignes de tele arnie.

Adonin ama, qui n'ert mie

En biauté mains vaillans de li.

Adonys plot et abeli

A la deesse pour sa forme.

Amours l'entroduit et enforme

A faire les comandemens

Qu'ele comande aus fins ama ns.

Or ne li chaut de dignité

Ne d'onnour ne de deité.

Tout oublie pour le danzieI.

Il n'a en terre ne en ciel

Nulle chose qui tant li plaise.

Elle r embrace, elle le baise.

O lui se deduit et deporte.

Compaignie li tient et porte

Par ces tertres et par ces vaulz.

Or li agree li travaulz,

Qui de travaulz n'avoit or cure.

Ne met plus s'entente et sa- cure

En soi polir ne contoier.

Or ne li chaut mes d'ombroier.

Escourcie vait la deesse

A maniere de veneresse.

Par ces vaulz et par ces montaignes,

Par ces forez et par ces plaignes

Les filès porte et les chiens maine.

Pour 1'amour Adonys se paine,

N'onc mais à laborer n'aprist.

Maint cerf, maint dain, maint lievre prist,

Mes onques lyon ne liepart,

Sengler ne leu ne hortz ne part

Ne prist ne nulle armee beste.

Son ami prie et amoneste,

Se riens vausist amonester,

Qu'il se gardast de contrester

Aus bestes de tel cruauté.

"Amis, aage ne biauté

Ne porroit flechir lor corage,

Quar trop sont plain d'ire et de rage.

Ne les parsivez, douz amis.

A dolour seroit mes cuers mis,

S'il te mescheoit de tel chace.

T on mal ne le mien ne porchace

Pour un petit de vaine gloire.

Mon conseil retien en memoire.

Chace les bestes qui fuiront.

Ja teulz chaces ne te nuiront,

Et si te garde d'envair

Celes qui ne sevent fouir,

Ains ont apris à retorner.

A grant damage puet torner

Hardemens contre les hardis.

Miex te vault estre acouardis

Et torner en fuie asselir

Que chacier à ton mal elir.

Pour ce te pri je, biaux cuers douz,

Que ne soies folz ne estouz

A vostre dolour pourchacier.

Garde toi des bestes chacier

Qui ont naturel hardement,

Et de lyons nomeement.

Ceulz has je plus que riens doti monto

Pourquoi? Pour ce que meffoit m'ont.

Seons nous ci sor l'erbe en l'ombre

De cest pueplier, quar trop m'encombre

Li travaulz, que n'avoie usé.

Je te dirai pourquoi plus hé

Les lyons c'autre sauvecine

Et pour quoi mut ceste haine."

Atant en l'erbage se sist

Venus, mes pas ne li dessist

Que ses amis s'assist sor li,

Ains li plot moult et embeli.

El s'est en son giron couchiee

Puis a tel raison comenciee:

 

vv. 2094-2437 Storia di Atalanta e Ippomene

 

vv. 2438-2493

Einsi chastoie son amant

Venus, mes pour chastoiement

Ne puet homs hardis son cuer faindre.

Qui lors les veist entre estraindre,

Entrebesier bouches et vis,

Bien peüst dire, ce m’est vis,

Que l’uns fust de l’autre amez.

De douz baisier entresemez,

De souspirs s’entrefont present,

Tant com il sont illuec present.

Venus s’en part à moult grant paine.

En Cypre vait, en son demaine.

Adonys est ou bois entré.

Un grant sengler a encontré,

Que chien avoient esmeü.

De tant loing come il l’a veü

Vers lui seurvint. L’espié brandi.

Onques à chastoi n’entendi

Que s’amie li eüst fait.

Ce fu folie et si mesfait

De passer les commans s' amie.

Mal l'en vendra, je n'en dout mie.

Adonys a le porc feru.

Navré l'a. Le pore li coru

Fierement, si le pourfendi,

Et mort tout envers l'estendi.

L'enfant en morant se eomplaint.

Venus oi de loing le plaint,

Retorne et si le trueve morto

Grant duel demaine por sa mort.

Ses chevolz ront, ses poins detort.

"Hai, fortune, pour quel tort

M'as tu mon ami douz toloit?"

Dist Venus, qui tant se doloit.

"Triste ai le euer et esperdu,

Douz amis, quant je l'ai perdu.

l'ai grant dolour et grant angoisse.

Jamais li deulz, qui si m'angoisse,

De mon euer ne se partira.

Chaseun an renouvelera.

Ton sane ferai muer en flour,

Qui revelera le mien plour

Et le duel qui me deseonfist.

Parsephone des femes fist

Nouvele mente, et je ferai

Ton sane flour, si te muerai."

Ensi se plaint et doulousa

La deesse. Empres arousa

Le sane de savoureus pimento

Ne demoura pas longuement

Que dou sane nasqui une flour,

Qui sane resemble de colour.

En la flour a une boeete.

Plaine de graine est la florete.

"Adonys" a nom, ce me semble.

Pour petit de vent ehiet et tramble.

 

vv. 3678-3809

Or vueil plus especialment

De la mirre espondre atitrement,

Qui son chier pere si deçut

Que de lui fu grosse et conçut

Un biau fil, que Venus ama,

La gent Adonis'le clama.

Quant li solaus espant au monde

Ses rais, et sa chalours habonde

Souffissaument, et par mesure

Done à l'umoisteur temperure,

Adont croissent et fructefient

Arbres, et tous biens multeplient.

Pour ce fu li solaus clamez

Peres des arbres, et amez

Fu de la mirre outre mesure,

Quar la mirre est de tel nature

Que plus aime et requiert l'amour

Du soleil chaut que de l'umour.

La mirre engroisse et empreignist

Du soleil, c'une gomme en ist

Qui douce oudour et souef rent,

Et mirre a nom, soue! flerent.

En aoust est cele assamblee,

Quant plus s'en est l'umour alee.

Venus, la mere au dieu d'amours,

Le fil Mirre ama par amours,

Adonin, qu'ele ot enfanté.

L'en fet de mirre un piment té

Qui trop est de chaude nature

Et done appetit de luxure.

Adonis eroi que signifie

Douce souatume ou delice.

Cil fu biaus, si se delitoit

En sa biauté. Venus estoit

S'amie, quar luxure habite

En biau cors qui trop se delite.

Cil fu chacierres, quar tant chace

Luxurieus et tant pourchace

Sa mort et sa dampnacion,

Qu'il se met à perdicion

Dou cors, de l'ame et de l'avoir.

Trop est cil de petit savoir

Qui longes maintient tel usage,

Dont il reçoit si grief damage.

Venus Adonin chastioit,

Son chier ami, si li prioit

Que ja beste trop orgueilleuse,

Trop felonnesse et trop crueuse,

Come ours ou lyon ou liepart

Ou tingre ou porc, sengler ou part

Ne chaçast, pour ce que luxure

Veult estre oiseuz et si n'a cure

De traveillier ne de pener,

Ains veult oidive demener,

Quar d'oiseuse entra en luxure.

Li pors l' ocist; ce fu l'ordure

De luxure et de leche1'ie,

Qu'il demena toute sa vie.

Sa grant biautez à noient vinto

Adonis florete devint

Sanguine, ce est home vilz,

Qui contamine, ce m'est vis,

Cel qui 1'acompaignent et suivent

Et qui à son example vivent,

Quar qui dou mauves s'acompaigne

Ne puet estre qu'il i gaaigne.

Pour petit de vent chiet et tramble

Telz flours, quar biauté, ce me samble,

Pour mesaise ou pour maladie

Ou pour viellece est tost fletrie.

Autre sentence i puet avoir

Mieudre et plus digne de savoir.­

La mirre amere signifie

Nostre mere. sainte Marie,

La sainte, la vierge pucele,

Qui de Dieu fu fille et ancele,

Qui tant fu bele et delitable

Et gracieuse et. amiable,

Que de mains homes fu requise,

Mes tant fu ardaument esprise

De 1'amour Dieu, cui fille elle iere,

Onc ne vault en nulle maniere

Metre son penser ne sa cure

En amer nulle creature.

La soie amour fu ferme et fine,

Si parfete et si enterine

C'onques si fine amour ne fu.

Pour 1'amour Dieu mist en refu

Toutes terriennes amours.

El fu plaine de bones mours,

De grace et de boneiirté,

D'ignocence et de grant purté,

Si fu d'oneste continence

Et plaine de grant pacience,

D'astinence et de charité;

En sor que tout d'umelité:

Ja soit ce qu'ele sole eiist

De vertus plus que ne peiist

Avoir nulle autre creature.

Com vierge tres sainte et tres pure,

La grant humilité de li

Passa tout et plus abeli

Et plot à Damedieu son pere.

Ce fu la norrice et la mere

Qui de prez la tint et garda.

C'est cele que Diex resgarda

Sor toutes les vertus sa fille.

Ce fu la pourveable vueille

Qui destrempa la poison fort

De salu plaine et de confort,

De quoi Piex se vault enmurer,

Pour touz reembre et delivrer.

Par cele se joint charnelment

Diex à sa fille voirement.

Celeement et en emblee.

Et de cele sainte assamblee

Nasqui li douz. li delitables.

Li savoureuz. li amiables

En qui toute biautez habonde.

Adonin. li sires dou monde.

Li sauvierres et li garans

Qui tout delivra ses parans

Et de reprouche et de pechiez.

C'est cil que li pors enragiez.

Issans d' espesses repostailles,

C'est de tenebreuses entrailles

Des folz juis. fist metre à mort.

Mes la grace Dieu fist le mort

Que li juif firent morir

Resordre et grener et fIorir:

C'est la fIors savoureuse et saine.

De souatume et d'oudor plaine.