Pigfm11

GUILLAIME DE LORRIS – JEAN DE MEUN, Roman de la Rose, vv.20787-21156

 

Pygmalions, uns antaillierres,

portreanz an fusz et en pierres,

en metauz, en os et en cires

et en toutes autres matires

qu'an peut a tele euvre trouver,

por son grant angin esprouver,

car onc de li nus ne l'ot meudre,

ausint con por grant los aqueudre,

se vost a portrere deduire.

Si fist une ymage d'ivuire,

et mist en fere tele antente

qu'el fu si plesant et si gente

qu'el sambloit estre autresint vive

con la plus bele riens qui vive;

n'onques Helene ne Lavine

ne furent de couleur si fine

ne de si bone façon nees,

tout fussent eus bien façonnees,

ne de biauté n'orent la disme.

 

Touz s'esbahist en soi meïsme

Pygmalion quant la regarde.

Ez vos qu'il ne s'an done garde,

qu'Amors en ses raiseaus le lace

si fort qu'il ne set qu'il se face.

A soi meïsmes s'an complaint,

mes ne peut estanchier son plaint:

- Las, que faz je? dist il, dor gié?

Maint ymage ai fet et forgié

qu'an ne savoit prisier leur pris,

n'onc d'aus amer ne fui seurpris.

Or sui par ceste maubailliz,

par lui m'est tout li sans failliz.

Las, don me vint ceste pansee?

Conment fu tele amor pansee?

J'aime une ymage sourde et mue,

qui ne se crole ne se mue

ne ja de moi merci n'avra.

Tele amor, conment me navra?

Qu'il n'est nus qui parler an oie

qui touz esbahir ne s'an doie.

Or sui je le plus fos du sicle!

Que puis je fere an cest article?

Par foi, s'une raïne amasse,

merci toutevois esperasse

por ce que c'est chose possible;

mes ceste amour est si horrible

qu'el ne vient mie de Nature.

Trop mauvesement m'i nature,

Nature en moi mauvés fill a;

 

quant me fist formant s'avilla.

Si ne l'an doi je pas blamer

se je veill folement amer;

ne m'an doi prandre s'a moi non.

Puis que Pygmalion oi non

et poi sus mes .II. piez aler,

n'oï de tele amour paler.

Si n'ain je pas trop folement,

car, se l'escriture ne ment,

maint ont plus folement amé.

N'ama jadis ou bois ramé,

a la fonteine clere et pure,

Narcisus sa propre figure,

quant cuida sa saif estanchier?

N'onques ne s'an pot revanchier,

puis an fu morz, selonc l'estoire,

qui oncor est de grant memoire.

Don sui je mains fos toutevois,

car, quant je veill, a ceste vois

et la praign et l'acole et bese,

s'an puis mieuz souffrir ma mesese;

mes cil ne poait avoir cele

qu'il veait en la fontenele.

D'autre part, en maintes contrees,

ont maint maintes dames amees

et les servirent quan qu'il porent,

n'onques un seul besier n'an orent,

si s'an sunt ilforment pené.

Donc m'a mieuz Amors assené?

Non a, car, a quel que doutance,

ont cil toute vois esperance

et du besier et d'autre chose;

mes l'esperance m'est forclose

 

quant au delit que cil antandent

qui les deduiz d'Amors atandent;

car quant je me veull aesier

et d'acoler et de besier,

je truis m'amie autresinc roide

conme est uns pex, et si tres froide

que, quant por lui besier i touche,

toute me refredist la bouche.

Ha! trop ai parlé rudemant.

Merci, douce amie, an demant,

et pri que l'amande an preigniez,

car de tant que vos me deigniez

doucement regarder et rire,

ce me doit bien, ce croi, souffire;

car douz regarz et ris piteus

sunt aus amanz mout deliteus. ­

Pygmalion lors s'agenoille,

qui de lermes sa face moille.

Son gage tant, si li amande;

mes el n'a cure de l'amande,

n'ele n'antant riens ne ne sant

ne de lui ne de son presant,

si que cil craint perdre sa peine

qui de tel chose amer se peine;

n'il n'an reset son queur avoir,

car Amors tost sans et savoir,

si que tretouz s'an desconforte.

Ne set s'ele est ou vive ou morte;

soavet au mains la detaste,

et crait, ausinc con ce fust paste,

que ce soit sa char qui li fuie,

mes c'est sa main qu'il i apuie.

Ainsinc Pygmalion estrive

n'an son estrif n'a pes ne trive.

En un estat point ne demeure:

or aime, or het, or rit, or pleure,

or est liez, or est a mesese,

or se tourmente, or se rapese.

Puis li revest en maintes guises

robes fetes par granz mestrises

de blans dras de soëve laine,

d'escallate, de tiretaine,

de vert, de pers et de brunete,

de couleur fresche, fine et nete,

ou mout a riches panes mises,

erminees, veres et grises.

Puis les li roste, et puis ressaie

con li siet bien robe de saie,

cendauz, melequins, hatebis,

indes, vermeuz, jaunes e bis,

samiz, diapres, kameloz.

Por neant fust uns angeloz,

tant iert de contennance simple.

Autre foiz li met une guimple,

et par desus un queuvrechief

qui queuvre la guimple et le chief;

mes ne queuvre pas le visage,

qu'iI ne veust pas tenir l'usage

des Sarradins, qui d'estamines

queuvrent les vis aus Sarradines

quant eus trespassent par la voie,

que nus trespassanz ne les voie,

tant sunt plain de jalouse rage.

Autre foiz li reprent corage

d'oster tout et de metre guindes

jaunes, vermeilles, verz et indes,

et treçoers gentez et grelles

de saie et d'or, a menuz pelles;

et desus la crespine estache

une mout precieuse estache,

et par desus la crespinete

une courone d'or grellete,

ou mout ot precieuses pierres,

an biaus chastons a .IIII. quierres

 et a .IIII. demiz compas,

san ce que ne vos i cont pas

 l'autre perrerie menue

qui siet antour, espesse et drue;

et met a ses .II. oreilletes

.II. verges d'or pandanz, grelletes;

et por tenir sa cheveçaille,

.II. fermauz d'or au col li baille;

anmi le piz un an remet;

et de lui ceindre s'antremet,

mes c'est d'un si tres riche ceint

c' onques pucele tel ne ceint;

et pant au ceint une aumosniere,

qui mout est precieuse et chiere,

et . v. pierres i met petites,

du rivage de mer ellites,

don puceles aus marteaus geuent

quant beles et rondes les treuent.

Et par grant antante li chauce

en chascun pié soler et chauce,

antailliez jolivetement,

a deus doie du pavemant;

n'est pas de houseaus estrenee,

 

car el n'iert pas de Paris nee;

trop par fust rude chaucemante

a pucele de tel jouvante.

D'une aguille bien afilee

d'or fin, de fil d'or anfilee,

li a, por mieuz estre vestues,

ses .II. manches estrait cousues;

et li porte fleurs nouveletes

don ces jolives puceletes

font en printens leur chapelez;

et pelotes et oiselez,

et diverses choses noveles

delitables a damoiseles;

et chapelez de fleurs li fet,

mes n'an veïstes nul si fet,

car il i met s'antante toute.

Anelez d'or es doiz li boute,

et dist con fins leaus espous:

- Bele douce, ci vos espous

et deviegn vostres, et vos moie.

Hymeneüs et Juno m'oie,

qu'il veillent a noz noces estre.

Je n'i quier plus ne clerc ne prestre,

ne de prelaz mitres ne croces,

car cist sunt li vrai dieu des noces. -

Lors chante a haute voiz serie,

touz plains de grant ranvoiserie,

an leu de messe, chançonetes

des jolis secrez d'amoretes,

et fet ses estrumanz soner

qu'en n'i oïst pas Dieu toner,

qu'il an a de trop de manieres,

et plus an a les mains manieres

c'onques n'ot Amphion de Thebes:

harpes a, gigues et rubebes,

si ra quitarres et leüz

por soi deporter elleüz;

et refet soner ses orloiges

par ses sales et par ses loiges

a roes trop soutivemant,

de pardurable mouvemant.

Orgues i ra bien maniables,

a une seule main portables,

ou il meïsme soufle et touche,

et chante avec a pleine bouche

motet ou treble ou teneüre.

Puis met aus cimbales sa cure,

puis prent freteaus et refretele;

et chalumeaus, et chalumele;

et tabor et fleüste et tymbre,

et tabore et fleüste et tymbre;

et cythole et tronpe et chevrie,

et cythole et tronpe et chevrie;

et psalterion et vïele,

et psalterione et vïele;

puis prent sa muse, et puis travaille

aus estives de Cornoaille,

et espingue et sautele et bale

et fiert du pié par mi la sale,

et la prant par la main et dance,

mes mout a au queur grant pesance

qu'el ne veust chanter ne respondre

ne por prier ne por semondre.

Puis la rambrace, si la couche

antre ses braz dedanz sa couche,

et la rebese et la racole,

mes ce n'est pas de bone escole

quant .II. persones s'antrebesent,

et li besier aus .II. ne plesent.

Ainsint s'ocit, ainsint s'afole,

seurpris en sa pansee fole,

Pygmalion li deceüz,

por sa sourde ymage esmeüz.

Quan qu'il peut la pare et atourne,

car touza lui servir s'atourne;

n'el n'apert pas, quant ele est nue,

mains bele que s'ele est vestue.

Lors avint qu'en cele contree

ot une feste celebree,

ou moutavenoit de merveilles.

Et vint touzli peuples au veilles

d'un tempie que Venus i ot.

Li vallez, qui mout s'i fiot,

por soi de s'amour conseillier,

vint a cele feste veillier.

Lors se plaint au dex et demante

de l'amour qui si le tourmante.

- Biau dieu, dist il, se tout poez,

s'il vosplest, ma requeste oez.

Et tu, qui dame iés de ce tample,

seinte Venus, de grace m'ample,

qu'ausinc iés tu moutcourrouciee

quant Chasteez est essauciee;

s'an ai grant peine deservie

de ce que je l'ai tant servie.

Or m'an repan san plus d'elloignes

 

et pri que tu le me pardoignes;

si m'otroie par ta pitié,

par ta douceur, par t'amitié,

par covant que m'an fuie eschif

se Chasteé des or n'eschif,

que la bele qui mon cuer m'anble

qui si bien ivoire resamble,

deviegne ma leaus amie,

qui de fame ait cors, ame et vie.

Et se de ce fere te hastes,

se je sui ja mes trouvez chastes,

j'otroi que je saie penduz

ou a granz haches porfenduz,

ou que dedanz sa gueule trible

tout vif me tranglotisse et trible,

ou me lit en corde ou en fer,

Cerberus, li portier d'anfer. -

Venus, qui la priere oï

du vallet, formant s'esjoï

por ce que Chasteé lessoit

et de lui servir s'apressoit,

conme hom de bone repentance,

presz de fere an sa penitance

touz nuz antre les braz s'amie,

s'il la peut ja baillier an vie.

A l'image anvoia lors ame,

si devint si tres bele dame

c' onques en toute la contree

n'avoit l'an si bele ancontree.

N'est plus au tample sejournez,

a son ymage est retournez

Pygmalion a mout grant heste

puis qu'il ot fete sa requeste,

car plus ne se poait tarder

de lui tenir et regarder.

A lui s'an queurt les sauz menuz

tant qu'il est jusque la venuz.

Du miracle riens ne savoit,

mes es dex grant fiance avoit;

et quant de plus pres la regarde,

plus art son queur et frit et larde.

Lors voit qu'ele est vive et charnue;

si li debaille la char nue,

et voit les biaus crins blondoianz,

conme ondes ansamble ondoianz,

et sant les os et sant les vaines,

qui de sanc ierent toutes plaines,

et le pous debatre et mouvoir.

Ne set se c'est mançonge ou voir,

arriers se tret, n'an set que fere,

 ne s'ose mes pres de lui trere,

qu'il a poor d'estre anchantez.

- Qu'est ce, dist il, sui je tantez?

Veille je pas? Nenin, ainz songe.

Mes onc ne vi si espert songe.

Songe? Par foi, non faz, ainz vaille.

Don vient donques ceste mervaille?

Est ce fantosme ou anemis,

qui s'est en mon ymage mis? -­

Lors li respondi la pucele,

qui tant iert avenant et bele

et tant avoit blonde la cosme:

- Ce n'est anemis ne fantosme,

douz amis, ainz sui vostre amie,

preste de vostre compaignie

recevoir, et m'amour vos offre,

s'il vos plest recevoir tele offre. -       

Cil ot que la chose est a certes,

et voit les miracles apertes,

si se tret pres et s'aseüre.

Por ce que c'est chose seüre,

a lui s' otroie volantiers

con cil qui siens iert touz antiers.

A ces paroles s'antr'alient,

de leur amour s'antremercient,

n'est joie qu'il ne s'antrefacent;

par granz amours lors s'antr'ambracent,

con .II. colonbeaus s'antrebesent,

mout s'antr'eiment, mout s'antreplesent.

Au diex andui graces randirent

qui tel courtaisie leur firent,

especiaument a Venus,

qui leur ot aidié mieuz que nus.

Or est Pygmalion aese,

or n'est il riens qui li desplese,

car riens qu'il veille el ne refuse.

S'il oppose, el se rant concluse;

s'ele conmande, il obeïst;

por riens ne la contredeïst

d'acomplir li tout son desir.

Or peut o s'amie gesir,

qu'el n'en fet ne dangier ne plainte.

Tant ont joué qu'ele est anceinte

de Paphus, don dit Renomee

que l'ille an fu Paphos nomee.