Dedfm06

1316-1318

Ovide Moralisè, VIII, 894-985, 1584-1928

894-985

Dont fait il mal qui nulle en blasme

Pour le mesfait de Pasiphé.

Trop est sorprese dou malfé.

Tant est enracinee en lui

L’amour dou buef, que sans celui

Ne puet durer ne joie avoir.

Ses chambres lait en nonchaloir,

Si court par prez et par montaignes,

Par ces landes et par ces plaignes

O les bestes mues gesir,

Pour fere o le buef son plesir.

Curieuse est et ententive

La dolereuse, la chetive,

De soi meïsmes decevoir.

Quant vit qu’el ne porroit avoir

Par amour ce qu’ele traça,

Enging pourquist et pourchaça

A sa lecherie parfaire:

Une vache de fust fist faire,

Par le conseil dou charpentier,

Qui moult fu duis de ce mestier.

Dedalus ot li mestres non.

Encore est de lui grant renon

Par son sens et par sa mestrise.

Ce fu cil par qui l’art fu quise

Par qui Pasiphé traist à chié

Sa dyablie et sa pechié.

Quant la vache fu parfinee

Pasiphé s’est dedens muciee.

Une veche ot fet escorcier

Qu’el ot veüe au tor chacier.

Li tors cuida que vache fust,

Quant vit dou cuir couvert le fust.

Ha, quel reproce! Honte ai dou dire!

O Pasiphé fist avoultire

Par la forme qui le deçut.

Pasiphé dou toriau conçut.

Ne peri pas en lui le germe,

Ains enfanta, quant vint au terme,

Demi home et demi toriau.

De Mynos et dou tor…...,

Fu Minotaurus apelez.

Bien sera Mynos adolez,

Bien avra cause de doloir,

Quant chiez soi trouvera tel hoir.

Mynos, biaux sire, où estoit il?

En Athenes, vengier son fil,

Que cil d’Athenes mort avoient,

Qui par envie le haoient.

Mynos fu preus et duis de guerre,

Si destruit et gasta la terre.

Tant le fist bien, tant s’efforça,

Que ceulz d’Athaines par force a

Fait rendre et à merci venir,

Et tuit vaudrent de lui tenir

Lor terre et tout lor tenement:

Par pais et par acordement

Li offrent tuit à faire homage,

Si li prometent treüage

Que toutjors mais, à certain jor,

Sans respit querre et sans sejor,

Un de lor barons esliroient

Et en Crete l’envoieroient.

Celui sor cui la sors cherroit

Contredire ne le porroit,

S’en feroit Mynos sa devise.

Quant la seürtez en fu prise,

Mynos rent veuz qu’il ot promis.

Atant s’est au repaire mis,

Liez et joiaus de son gaaing,

Mes par temps verra tel mehaing

Dont il avra dolour et ire,

Quar de voir savra l’avoutire,

La tricherie et le mesfait

Que s’espouse a contre lui fet.

En ses chambres trouva le monstre.

La honte et l’avoultire monstre

Li monstres, qui double forme a,

Tel com nature le forma.

Mynos, pour le monstre enfermer,

Fist une fort prison fermer,

Tel c’onc nulz ne vit sa pareille.

La meson ferme et apareille

Dedalus, li bons charpentiers.

Tant i mist voies et sentiers,

Tant i fist angles et reduis

Cil qui dou bien faire fu duis,

Et tant fist les chemins bestors,

Que qui plus tost cuide issir fors

Et plus s’eslonge de l’issue.

Le monstre fist en cele mue

Mynos enfermer et repondre.

 

 

1584-1928

Tant dis ot Dedalus esté

Pris en Crete,. Et moult li grevoit.

Grant fain et grant desir avoit

D’aler en sa paternel terre.

Trop l’ot tenu Mynos en serre,

Qui mer et terre li cloöit,

Si que repairier ne poöit,

Là dont il avoit tel talent,

Si ce n’iert par l’air en volent.

A soi meïsmes pense et dit:

«Puis que Mynos me contredit

Mon retour par terre et par mer,

Le ciel ne me puet nulz fermer.

Par l’air, certes, m’en irai gié,

Puis que par aillours n’ai congié.»

Lors vault contre nature humaine

Emploier son sens et sa paine

A voler par l’air hautement,

Si enlace ordeneëment

Plumes l’une à l’autre et assamble,

Montez par degrez, si qu’il samble

Qu, à la maniere jointes soient

Des chalemiaux à quoi chantoient.

Jadis li anciën agreste.

Ces pennes ordene et apreste

Aussi com vrai oisel les ont.

Les grans plumes cousues sont

A fil, et les cortes à cire,

Ordeneëment tire a tire.

Dedalus un sien fil avoit

Aveuc soi, qui petit savoit

Que ces pennes pueent valoir,

Mes grant fain ot et grant voloir

D’avoir pennes et d’essavoir

Comment eles porront seoir,

Mes le grant peril qui l’atant

Ne set il, si vit jusqu’atant

Que pennes preigne pour voler.

Li folz ne se peut saoler

De l’œuvre esgarder et veoir.

Ja prent la cire à moleoir

Et ses plumes cuide assambler.

Ja veult son pere resambler.

Les penes furent acomplies.

Deux en a li peres baillies

A son fil et deus en reprent.

Par l’air s’envole et si aprent

Au fil comme il se contendra

Et quel voie en volant tendra.

«Biaux fils», dist il, «pense de toi,

Filz, je t’amonneste et chastoi

Que ne voles trop hautement

Ne trop bas, mes vien droitement

Emprez moi la moienne voie.

Se trop bas soles toute voie,

La mer, qui t’apesantira,

Les plumes te destorbera,

Si que tu ne porras voler,

Et se tu veulz trop hault aller,

La chalour te les brullera,

Qui vis trebuscher te fera.

Se segur chemin veulz tenir,

Par le mileu t’estuet venir

Emprez moi, sans point forvoier.»

Li peres prent à lermoier

Et pour paour et pour pitié,

Si le baise par amistié,

Mes jamais n’i recouverra,

Ne jamais ne le baisera.

Li peres vole et vait avant,

Si se retourne moult souvant,

Com cil qui de son fill se doute.

Moult a grant paour et grant doute

De lui perdre, et par bone amour

Li prie et conseille en cremour,

Que prez lui droite voie tiengne

Et à sa guise se contiengne.

Merveilleusement s’esbahirent

Cil qui par l’air volant les virent,

Cil pastour et cil pescheour,

Cil agreste et cil gaigneour,

Et tuit cuidoient que Dieu fussent

Cil qui par l’air voler peüssent,

Mainte terre orent ja passee.

A senestre ont Samon laissee

Et Delon et Paron ensamble,

Et devers destre, ce me samble,

Lessent Lebinton………………..

Et Caline, ou croist le bon miel,

Quant li enfes s’outrecuida:

Son mestre lesse et bien cuida

Sans li voler segurement,

Si s’est esbahis folement:

Au ciel hault acueilli son vol.

Par tans se tendra ja pour fol

Dont il a si fol vol empris.

L’ardour dou soleil l’a sorpris,

Qui la cire remet et font.

Les pennes faillent et deffont,

Puis que la jointure lor fault.

Cil muet le bras, mes que li vault,

Quant ses gouvernauz a perdus?

Esbahis est et esperdus.

En mer trebusche. En trebuschant

Son pere apele et vait huchant,

Pour Ycarus, qui là peri,

A la mer non: «Mer Ycari.»

Li peres se trestorne et oit

La vois de son fil qui neoit,

Si s’escrie comme adolez:

«Ycarus, filz, où ez volez?

Ycarus, filz, en quele terre

Te porrai je cercher ne querre?

Filz, filz, tant te soloie amer!» 

Lors se regarde et voit en mer

Les penes de son fils floter,

Si pot bien savoir sans douter

Que perdu l’a sans contredit.

L’art escommenie et maldit

Qui son cher fill li a soustrait.

Le cors de la marine trait

Au rivage et l’enseveli,

Si le mist en terre et de li

Fu cele terre sornommee:

D’Ycarus: «Ycaire» clamee.

Dedalus met son fil en terre,

Tant dementres comme il l’enterre,

Perdix sor un chesne seöit.

Moult fu liez et moult li seöit

Li deulz que Dedalus menot.

N’a gaires que forme humaine ot

Perdix, et fu nouvelement

Fais oiseaux, se l’authors ne ment.

Filz fu de la suer Dedalus,

Qui pour apprendre l’art et l’us

Dou mestier dont cil s’entremist

Chiez son frere en mestier le mist,

Qu’il n’avoit pas douze ans passez.

Bon sens et subtil ot assez

Pour retenir et pour entendre,

Si mist cure et paine à aprendre

Le mestier, qui moult li plesoit,

Et curieusement fesoit,

Com cil qui bien y entendoit,

Ce que ses mestres commendoit.

Cil controuva compas et sie,

Un estrument qui les bois sie.

Dedalus, qui envie en ot

De ce que si bien aprenot,

Dou somet de la sainte tour

De Pallas li fist prendre un tour,

Tel que le col eüst brisié,

Mes Pallas, qui moult ot prisié

Le sens et l’enging qu’il avoit,

Quant de sa tour verser le voit,

Pitiè l’en prist, si ne vault mie

Souffrir qu’il ensi perdist vie:

En l’air retient le damoisiel,

Qu’il ne chiee, et l’a fait oisiel,

Qui toute sa legiereté,

Son enging et s’aperteté

Retint aus penes et aus piez.

Isniaux est et bien afaitiez,

Si ritient son premerain nom,

Mes il ne vole or se bas non,

Qu’adez se crient qu’il ne cheïst

Et qu’ensi ne li mescheïst

Comme il fist anciënnement.

Vers terre vole bassement,

Qu’adez crient qu’il ne soit honis,

Si repont en terre ses nis.

En ces boscages se repont.

Illueques se nice, illuec pont,

Mes tant est sos et oublieus

Qu’il oublie ses propres eus

Et dou couver ne li souvient.

Dedalus en Sicile vient,

Et là l’ala Mynos requerre

Par force d’armes et de guerre.

Cocalus, qui Sicile tint,

Vers lui loiaument se contint,

Quar doucement le secorut

Et vers ses guerriers le garut.

- Li bons fevres, li charpentiers,

Li trouveres de tous mestiers,

Li bons mestres, c’est Diex meïsmes,

Qui fist enfer et les abismes,

Si charpenta le firmament,

Et fist par son sens sagement

Le ciel, l’air et la terre et l’onde.

Tant fu en l’exill de ce monde

Que li deables fu matez

Et vaincus et desbaretez

Qui d’umain lignage ot eü

Longement le mortel treü.

Tout ot Diex le monde aquité

Et de grief servage gité

Et purgié de toute malice,

Si ot acompli tout l’office

Pour qu’il ert en terre venus.

Ne pot plus estre retenus.

A repairier lors li convint.

De la grant douçour li souvint

Dou leu qui tant fait à amer,

Mes ne pot par terre ou par mer

Trouver voie au regne celestre,

Quar cil qui jugié l’ot à nestre

Et à prendre incarnacion

Puor humaine redempcion,

Ot si clos la voie et le pas,

Qu’il n’i peüst ataindre pas

Se par l’air à vol n’i alast,

Mes tout avant qu’il s’en volast

En son delitable regné,

Si com Diex l’avoit ordené

Et li prophete dit l’avoient,

Qui par saint esprit le savoient,

Qui pour le monde descombrer

Se dut en la vierge aombrer

Et prendre notre humanité,

Sans fraindre la virginité

Et la chasteë de sa mere,

Prendre baptesme et mort amere,

Souffrir en sainte crois et pendre,

Jesir ou sepulcre et descendre

En enfer, les siens aquiter,

Et de la mort resusciter.

Quant toutes furent acomplies

Ou cors Dieu cestes prophecies,

Si comme chantoit l’Escripture,

Si vault contre humaine nature

Voler aus cieulz apertement,

Et monter en son mandement,

Si monstra comment voleroient

Si fil qui emprez lui vendroient.

Et quel voie doivent tenir

Cil qui vuelent aus sieulz venir?  

Par deus eles doivent voler

Cil qui là s’en vuelent aler.

L’amour de Dieu, c’est l’ele destre;

L’amour dou proisme est la senestre.

Par ces eles legierement

Puet voler cil qui droitement

Veult emprez Dieu tenir la voie,

Mes qu’il se gart qu’il ne forvoie.

De la voie Dieu se depart

Cil qui vait à senestre part,

C’est à la partie au dyable.

Cele est mauvese et forvoiable,

Si maine en enfer le parfont

Ceulz qui mauveses œuvres font.

Cil qui volent trop bassement,

Ce sont cil qui mauvesement

Metent lor amor en cest monde,

Qui les mondains plunge et affonde

Aus flos de dissolucion,

Si les met à confusion.

Et cil qui trop hautement vole,

C’est cil qui par orgueil s’afole

Et cuide comme malsenez

Des biens que Diex li a donnez,

Biauté, grace, force et savoir,

Honor, seignorie ou avoir,

Richesce, terre ou tenement,

Que de soi viengne seulement,

Non pas de la divine grace,

Et s’il avient que nul bien face,

Jeüne, aumosne ou abstinence,

Affliction ou penitence,

A soi, non à nostre seignour

Veult avoir la gloire et l’onnour,

Et veult sans le souverain mestre

Voler droit, mes ce ne puet estre.

Li mescheans ne s’aperçoit

Comment ses orgeulz le deçoit,

Qui li vait ses elles tolant,

Ains vole, et quant plus vait volans

Et le los dou siecle convoite,

Plus se confont et mains esploite.

Ja n’avra souverain repos,

Pour bien qu’il face, en tel propos,

Ains versera dampnablement

Ou puis d’enfer parfondement.

En enfer ert sa sepulture;

Cil qui met s’entente et sa cure

En vaine sapience aquerre.

Et pour les faintes biens de terre,

Dont trop amoncele et amasse,

La terre avironne et compasse,

Si court amont, si court aval,

Et est en cure et en traval

Pour ces temporeuz biens avoir,

Qui ne le font que decevoir

Et metre en fole outrecuidance,

Si n’en puet avoir souffissance,

Quar quant plus a et plus desirre;

Cil qui met s’entente à mesdire

Et à blasmer la bone gent,

Si detrait et vait roöngent

Couvertement en recelee

Des bons la bone renommee

Et mauves blasme lor alieve,

Dame Diex, cui trop couste et grieve

Tel fraude et tel iniquité,

Qui sens semble et subtiveté,

Ou li plus des gens s’estudie,

Tel sens het et escommenie.

Dame Diex, qui tout sait et voit,

Qqqui de gré souffers les avoit

Monter hault par presumpcion,

Teulz gens giete à perdicion.

De la hautesce de savoir

Les verses, et pour leur non savoir

Les dampne, et destruit et confont

Ceulz qui tel sapience font.

Lor sapience lor assote,

Si qu’il ne sevent veoir gote

Et que Dieu cognoistre ne pueent

Par lor fol sen, où il s’apueent,

Qui les met à perdicion.

Tant ont mis lor entencion

Aus terriennes vanitez,

Aus fraudes, aus iniquitez,

Aus traïsons, aus tricheries

Et aus fausses losengeries.

Ou leur desloial cuer s’aplient,

Qu’eulz et tous biens fais en oublient,

Et Diex les oublie ensement,

Et ce que decevablement,

Par tricherie ou en emblé,

Orent aguis et assemblé

Les convient perdre. Ensi avient:

Qui mal acquiert à mal preu vient.

Par Cocalus puet estre pris

Uns rois poissans et de grant pris,

Frans et cortois et charitable,

Debonaires et piteables,

Qui de Sicilie doit rois estre,

Et pour Dieu, le souverain mestre,

Doit deffendre sa sainte loi.

Vers les enemis de la foi,

Qui la loi Dieu vaudrent abatre,

Se doit prousement bien combatre,

Quant li siecles devra fenir

Et Dieux au jugement venir.