Minfm05

1316-1328

Ovide Moralisè, IV, vv. 2390-2785

 

- Si com la fable le raconte                                   2390

Qui des Mineïdes tient conte

Ont les seurs lor fables retraites,

Mes ne se sont encor retraites

De lor ouvrages laborem

Et de Baccus deshonorer.

Lui desprisent et sa poissance,

Si tiennent sa feste en viltance.

Baccus s’en aïra griement,

Si lor tramist soudainement

Tabours et buisines sonans                                   2400

Et bacins d’arain resonans,

Qui par la meson taboroient

Sans aparoir, et bon fleroient

Saffran et mirre par leans.

En fueilles d’ierre verdians

Et de vignes furent muees

Les teles qui furent noees.

Viens devint l’une partie.

La traime est en borjons vertie,

Et li estrains, qui s’enverille,                                    2410

Devint forchete, c’est verille.

La porpre vermeille sanguine

Done aus roisins color porprine.

Li solaus fu pieç’a couchiez

Et li vespres tant aprochiez

Que jour a nuit pot ressambler.

La mesons commence a trambler

Ou les trois serours habitoient.

Grans luminaires y ardoient,

Qui donent grant resplendissour.                              2420

Les suers, plaines d’esbahissour,

Ce lor sambloit qu’eles ooient

Bestes sauvages qui hulloient,

Qui les voloient devorer.

Furiant s’en vont, sans demorer,

Par la meson, desconseillies,

En divers leuz esparpeillies,

Si vont eschivant la clarté

Et se mucent, par l’oscurité,

Souz l’auvane de la meson.                                       2430

Tantost, ne sai pour quel raison,

Furent d’unes tenvres peletes

Couvertes, si orent eletes

Sans plume, qui lor bras laçoient

Et lor piez. Quant elles braçoient,

Si s’eslievent par l’air volanz.

Trop ont celles les cuers dolans,

Si gemissent a foible son.

Ne pueent rendre autre raison,

Ne n’ont pooir de mot respondre.                                2440

De plain jour se suelent repondre,

Si ne volent s’au vespre ont trait non:

Et de nuit. Dou vespre ont trait non:

“Vespartilles” sont apelees,

Soris petites et pelees,

Que li communs us de parler

Seult “chauves soris” apeler.

- Selonc que la fable devise

M’est avis que Baccus desprise

Cil qui vins boit outre mesure                                        2450

Et cil qui dou boivre n’a cure.

Ces trois serours le desprisoient,

Quar a outrage le buvoient.

Tout vendirent et engagerent,

Tout despendirent et lechierent,

Et tost orent baudefilé

Une ore chanvre, autre filé

Une ore estoupe, autre ore lin

Engagoient por metre au vin.

En bien boivre ert toute lor cure.                                    2460

La tele faite et la tisture,

Les tours, les chasses, les enssubles

Orent despendus a deus subles

Et tous les hostis des mestiers.

Plus burent qu’il ne fu mestiers.

La lor chose et l’autrui vendirent.

Tout lechierent et despendirent

Si sont de tous biens desnuees,

Dont la fable faint que muees

Furent lors en chauves soris.                                          2470

Ha, con maint gloton sont peris

Par outrageuses beveries

Et pour lor foles lecheries!

Cil outrageuz despendeour,

Cil glouton, yvres lecheour,

Qui n’ont autre dieu que lor ventre,

- S’est tout perdu quanqu’il y entre –

Ne font autre oeuvre que boler.

Por lor glous ventres saouler 

Vendent muebles et heritages,                                         2480

Prez et terres et mesonages.

Par ces tavernes se reponent.

Ces vins engorgent et entonent

Ensi comme en vessil sans font.

Li vins lor degaste et confont

Les cors, les ames et l’avoir.

Cil n’est mie de grant savoir

Qui tant pert par sa glotonnie.

Cil gloton plain de lecherie,

Quant tout ont le lor despendu,                                         2490

Tout engagié et tout vendu,

Si s’en vont tuit nu, tuit pelé,

Par le païs, estrumelé,

Si gisent par maintes saisons

Souz ces auvannes des mesons,

Et pluiseurs, par ces quarrefours,

Se tapissent de nuis aus fours,

Et maint deviennent por argent

Murtrier ou robeour de gent,

S’en fet l’en pluiseurs gibeter                                             2500

Et par l’air tout nus voleter.

Maint mal et maint damage avienent

A ceulz qui yvresce maintienent.

Yvresce est male desmesure,

Qui destruit humaine nature.

Le sanc corront, la vie abriege,

Le cors d’ome afeblist et griege,

Si li tault son apensement

Et confront tout l’entendement.

Le sens trouble et la langue lie,                                           2510

Si esmuet home a puterie,

Et fet les sages foloier

Et Dieu mescroire et renoier,

Si fet les secrez reveler

Et dire ce s’on doit celer,

Si fet home desapenser

Et troble tout son bon penser,

Si le met em pollucion

De male conversacion,

Si fet gens noisier et tencier                                                2520

Et les tumultes commencier,

Si confront les biens temporeus

Et degaste les corporeus.

Si tault la joie pardurable

Qui tant est douce et delitable,

Et les ames en enfer maine

A souffrir pardurable paine.

Mal fet tel mestier maintenir,

Dont l’en puet a tel fin venir.

- Metre i puis autre entendement.                                         2530

Ces trois suers notent droitement

Trois diversitez de pechiez,

Dont voi tous le monde entechiez,

Et cil qui par consentement

Se soumetent oniement

A ces trois diverses manieres

Senefient lor chamberieres.

Ces trois suers font Dieu mesprisier,

Et ses commandemens brisier,

Sans douter s’ire et sa vengance.                                          2540

L’une est charnel concupissance,

Et l’autre, qui ne vault pas mieulz,

Si est concupissance d’ieulz,

Et la tierce est orgeulz de vie.

Cestes trois suers ont grant mesnie,

Quar tuit lor sont obeïssant.

Ces trois ourdent et vont tissant

Teles qu’en ne puet assovir,

Quar nulle riens ne puet sovir

A tout parfaire lor propos.                                                     2550

Ne puet avoir pais ne repos

Cis qui d’eulz servir se travaille:

Ja tant n’avra qu’il ne le faille

Assez plus de ce qu’il ne li faille

Charneulz concupissance quiert

De la char l’aise et le delit

De vin, de viandes, de lit,

Et, pour tout dire a plus brief some,

Quanque puet deliter cors d’ome.

Concupissance d’ielz atice                                                     2560

Home et feme a toute avarice

Et a convoitise d’avoir

Toute richesce et tout avoir,

Tous joiaux, tous aornemens,

De biaux dras, de chiers paremens,

Biaux chevaux, bel vaisselemente,

Si met son estuide et s’entente

En avoir quanque a iex delite,

Cui qu’il muse ou ci qu’il profite.

La tierce, c’est orgieulz de vie,                                              2570

Voult estre honoree et servie,

Cremüe et axancie ent terre,

Honors et dignitez aquerre,

Si veult tous autres despiter,

Asservir et suppediter.

Et estre a touz suppelative.

Trop est dolereuse et chetive

Et trop mortel loier dessert

L’ame qui tel mestresse sert.

Trop li convient s’ame asservir,                                                 2580

Qui a ces troi suers a servir,

Et trop a causes de doloir

Qui tout veult fere lor voloir,

Quar, com bien que homs se delite

En orgueil, qui le suppedite,

En avarice on en ardure

De glotonie ou de luxure,

Ja tant ne s’i delitera,

Ne ja voir tant n’i trouvera

De doucerur ne de soautume,                                                   2590

Que plus n’i truisse d’amertume,

Quar nullu terriene joie

N’iert ja si grans que nulz s’en joie

Perfetement, sans soi doloir.

Ne puet ataindre a son voloir

Plainement, que plus ne li faille,

Pechierres. Por ce puis, sans faille,

Home qui son cuer a fichié

Et sousmis a mortel pechié

Comparer a la volatille.                                                            2600

Que l’en apele vespertille,

Soris sans poil, chauve et petite,

Qui de nuis vole en circuïte.

En circuïte vont volant

Et de nuis cil qui vont folant

Aus tenebres d’iniquité,

Fesans oeuvres de vanité,

Sans mener lor entencion

A oeuvre de perfection.

Tel gent, qui se joint en mal faire,                                             2610

Se muce et fuit le luminaire

Et le vrai soleil de justise,

Mes en la fin de lor servise

De tele oeuvre tel paie avront:

Mort pardurable en recevront,

Si orront entour eulz hullans

Les dyables vis et puans,

Plains de felonie et de rage

Plus que nulle beste sauvage,

Qui devant eulz les chaceront                                                      2620

Cil, qui desconseillié seront,

S’en iront lors triste et dolent,

Com les vespertilles volant,

Nu de vertus, en l’oscurté

D’erreur et de maleürté,

Ou grant hostel plain de misere.

La n’avront il nulle lumiere,

Pour ce c’orendroit n’en ont cure,

Ains wageront, par nuit obscure,

A duel et a gemissement                                                             2630

Ou feu d’enfer dampnablement.

- Avoir i puet autre sentence.

Ces trois suers notent, sans dotance,

Trois estas de perfection,

Qui toute lor estencion

Metent en Jhesucrist servir,

Si ne se deignent asservir

Aus vilz vanitez de cest monde,

Mes de cuer simple pur et monde

Se travaillent au Dieu servise                                                        2640

En la meson de sainte yglise,

Et tant dis con cil autre musent,

Qui dou vin de delit abusent

Qui les enyvre et escervele,

Si que chascuns cope et chancele

En la voie d’iniquité,

Fors dou chemin de verité,

Chascune des trois suers s’avance

Ou secré de sa conscience,

Comment el puisse a la chandoile                                                   2650

De vraie foi tistre la toile

De vertus, pour s’ame aorner,

Pour soi parer et atorner

De robe bele et avenant

Encontre le juge venant

Pour rendre a chascun sa droiture.

La traime de ceste tisture

Est de bone operacion,

estain de conversacion

Honeste, et la color porprine,                                                         2660

Qui toute la toile enlumine,

Fu de parfaite charité.

Or vous dirai la verité

Des trois suers. L’une est continence:

C’est cele qui la conscience

Et le cors garde netement,

Sans soi consentir folement

A nulle vis cunchieüre

Da glotonie et de luxure.

Cil et cele qui purement                                                                 2670

Pour Dieu se tienent netement

En l’estat de virginité

Ou de chaste viduité,

Sans nulle charmel conpaignie,

Desnué, sont de sa mesnie.

L’autre est l’ordre de mariage.

Que Dieux fist pour humain lignage

Escroistre et pour puepler la terre.

Cil et celes qui, por conquerre

Lignie et pour fructefier,                                                                 2680

Sont esmeü d’eulz marier,

Et qui loiaument se continent

En lor mariage, et bien tienent

Les sacremens de sainte yglise,

Et Dieu doutent et sa joustise,

Donent aus povres largement,

Tout pour Dieu, charitablement,

S’il sont riche et s’il ont de quoi,

Ou li povre paisible et quoi,

Qui prennent en gré lor poverte                                                      2690

Sans trop plaindre mondaine perte,

Sans trop amer mondain profit,

Si que ce qu’il ont lor souffit,

Et de tout vont Dieu merciant,

Tel gent sont, a mon esciant,

Dou nombre et de la compaignie

Aus suers qui la toile ont ordie

Qui sera vigne delitable,

A Dieu plesant et aceptable

Ou terrooir de paradis.                                                                   2700

La tierce suer, ce m’est a vis,

Est l’estas de prelacion.

Ceste a la dispensacion

De gouverner tout le mesnage,

Et d’ordoner le laborage

Qu’ele et les autres vont tissant.

A ceste sont abeïssant

Toutes les autres par raison,

Quar de sa spiritel maison

L’a Diex faite entierre mestresse                                                     2710

Et prelate et commanderesse.

Ceste doit doner examplaire

Aus suers d’ouvrer et de bien faire

Et de continuer l’ouvraigne,

Et, s’ele set nul qui mespraigne,

Corriger le doit et reprendre,

Si qu’il se garde de mesprendre,

Et s’aucun sont qui pour proier,

Pour blasmer ne pour chastoier,

Ne viengnent a correction                                                               2720

Emprez la castigacion,

Doit punir ceulz qui mefferont,

Puis que son chastine querront,

Quar pour ce l’a Diex esleüse

Et perfecte a la gent menue.

Li ministre de sainte yglise,

Qui ont la cure, la mestrise

Doumenu pueple endoctriner,

Et pour le monde enluminer

Sont mis en lor prelation,                                                                2730

S’il o devote entencion

Rendent ce qu’il ont Dieu promis,

Et le besent a ex commis

Multiplient si come il doivent,

Se piteablement reçoivent

Ceulz qui vienent a penitence,

S’il sont et et plain d’ignocence,

Sans orgueil et sans avarice,

Sans glotonie et sans malice,

Teulz gens sus la terre sorveillent,                                                    2740

Et diligaument se traveillent

A tistre la toile durable

Qui maine a vie pardurable.

Ces trois suers et lor chamberieres,

Ces trois estas, ces trois manieres

De grace et de perfection

O curieuse entencion

Se travaillent ou Dieu servise,

En la meson de sainte yglise,

Em pais et bien segurement,                                                           2750

Sans avoi, sans destorbement,

Tant dis com li jours de pais dure,

Mes venir doit la nuit obscure

De mescreance et d’eresie

Par quoi la foi ert obcurcie

Et sainte yglise s’emblera,

Et li fel qui forsenera

Sor les sains, qui le despiront

Et qui Dieux de cuer serviront,

Cil, qui vaudra tout asservir                                                             2760

Et soi fere pour Dieu servir,

Trametra ses felons messages,

Plus crueulz de bestes sauvages,

Pour les bons querre et esprouver,

Et ceulz qu’il porra bons trouver

Fera metre a destruiement,

Mes li aucun tramblablement,

S’en fuiront tristre et gemissant,

L’un ça, l’autre la, lapissant

Par les porches de sainte yglise,                                                        2770

Pour doute dou mortel joïse,

Dont il seront espaoris,

Samblabes a chauves soris,

Sans poil, sans superfluité

De mondaine prosperité.

Eles de perfaite creance

Avront et de ferme esperance

Annexez, sans fraude et sans guile,

Aus quatre piez de l’Euvangile,

Ne ja pour persecution                                               2780

Ne pour grief tribulation

Lor bon corage ne lairont,

Mes jusqu’a la mort voleront,

Par bone oeuvre et ferme esperance,

En l’estat de perseverance.