Semfm09

1316-1328

Ovide Moralisè, Livre III, vv. 670-994

Puis resourt il de mort a vie.

Dessuz avez la fable oїe

Qui d’Acteon retrait et compte,

Comme il fu a duel et a honte

De ses propres chiens devorez.

Moult fu li damoisiaux plorez

Et regretez de ses amis.

En grant augoisse les a mis

La mort dou damoisel vaillant.

Cadmus vait Fortune assaillant,

Qui mis avoit en grant hautesce

D’onor, d’amis et de richesce :

Des or mes l’ira defoulant.

Ore a Cadmus le cuer dolant,

Qui lonc temps ot en joie esté.

Or l’a Fortune tempesté,

Qui li veult moustrer de ses jeus,

Qui sont divers et orageus.

Des qu’il ot fete la cité,

Regna plains de prosperité

Cadmus, et sans nulle pesance,

Et jusqu’a ceste mescheanse

De quoi Fortune l’estriva.

Li frans homs par ceste estrive a

Certaine cognoissance et proeuve

Pour quoi Cadmus set et esproeuvre

Qu’en ne se doit fier puor riens

En Fortune ne en ses biens.

Emprez cest duel, qui trop l’angoisse,

L’autre dolour et l’autre angoisse

Qui son duel a renouvelé

Fut de sa fille Somele

-Somelé fu une pucele,

Fille Cadmus, vaillant et bele.

Jupiter l’ot despucelee.

Lonc temps fu la chose celee,

Tant que la pucele conçut.

Quant Juno la chose aperçut,

Vers la meschine s’aїra.

Grant jalouisie et grand ire a

Dont ses maris l’ot ençaintie.

Se de lui puet estre acointie,

El li cuide tel plait bastir,

C’ançois que viengne au departir

Grand mescheance li vendra.

Sa jalousie li vendra

Moult chierement, s’el li set vendre.

Dou ciel descent, sans plus atendre,

Si est chiez Somelé venue,

Converte d’une obscure nue.

Trop diversement se desguise.

Sa forme lesse et autre a prise:

De viellesce est toute chanue;

Le front ridé, la pel velue

Avoit, et la bouche sans dens;

Yeux encrotez ou front dedens;

Corbe est, et de viellesce tramble:

Beroé la vielle resamble,

La norrice de Semelé.

Graint piece, ont entr’eles parlé

D’un et d’el, de lor aventures.

Juno, par paroles obscures,

De lui decevoir s’entremet.

De parole en autre se met,

Tant que de son ami parole.

Somelé, qui d’amors afole,

De ses amours se va vantant.

Juno, qui la vantance entant,

En grant duel, mes bien se cele,

Puor decevoir la damoisele,

Si jete un souspir par faintise

Et dist: « Bien as t’amour assise,

S’il t’aime tant com tu me dis,

Mes l’en ne doit croire tous dis

Quar n’est pas voirs quanque folz cuide,

Et maint vallet tout lor estuide

Metent aus femes decevoir,

Si lor font a croire de voir,

Croire? Non mie, mes cuidier –

Pour elles traїre et boisier,

Qu’il soient dieu, si les atraient,

Tant que lor volentez en traient,

S’en ai pour toi paour et craime,

Et tous soit il dieus, s’il ne t’aime,

Que te vault la soue acointance ?

Croi moi, demande assegurance

De s’amour, et pour guerredon

Li requier qu’il te doigne un don,

Tel com demander li savras,

Et quant l’assegurance avras,

Requier li qu’aussi comme il embrace

Juno sa feme entre sa brace,

Quant il dosnoie aveuques soi,

Requier li qu’ensi face toi,

Si te doinst signe d’estre amis »

Somelé li a ce promis

Que ceste enseigne requerra

De s’amour, quant el le verra.

Ensi l’a Juno deceüe,

Qu’el ne s’en est aperceüe.

Lor parlement define atant

Jusqu’a lors que ses amis vint.

De sa requeste li suovint.

Un don, sans nomer, li requist.

Cilz li promet quanqu’ele quist.

De son damage s’esjoї

Cele, qui la promise oї,

Si li a dit: “Biaus douz amis,

Le don que vous m’avez promis

Est qu’emsi que vous embraciez

Juno, quant vous vous soulaciez

Aveuqueslui par fine amour,

Ensi m’embraciez, sans demour »

Molt fa dolens de la demande

Jupiter que cele demande.

Moult se repent qu’il li promist.

De dolour souspire et gemist,

Quar bien set que cele en morra,

Que ja riens ne l’en secourra.

Montez s’en est ou ciel grant oirre.

Pluie, vent, espart et tonnoirre

A pris, et des fouldres despart

La plus legiere a une part :

Ensi atornez s’en retorne.

Mas et pensis, a chiere morne,

S’en vient en la meson s’amie.

La bele souffrir ne pot mie

La tumulte ne sa chalour :

Morir l’estut par sa folour.

L’enfes, qui n’iert encor parfais,

Fu dou ventre a sa mere trais,

Et cousus en la cuisse au pere.

La se norri come en sa mere

Jusqu’au terme de sa naissance.

Ino le norri en enfance,

Puis fu tramis norrir a Nyce

Si com le letre le devis.

Portez i fu celeement,

Puor la paour de sa marrastre,

Juno, qui haoit le fillastre.

Aucun dient que Semelé

Ot un fil, qui fu apelé

Lacedemon: Lacedemaine

Fonda, si l’ot en son demaine.

Aucun dient, et je le croi,

Que d’une fille Achas le roi,

Qui avoit a non Taigeta,

Ot Lacedemon, qui fet a

Lacedemaine, et filz Jovis.

Ses freres, fu, ce m’est avis,

Tantalus, li poissans, li riches,

Qui fu sor tous avers er chiches.

Li autre vuelent affermer,

Et par hostoires confermer

Qui de Baccus font mencion,

Que Baccus de la region

D’Egipte vint premierement :

Pour la plaie et por le torment

Que Dieus sor Egipte envoia

Parti d’Egipte et s’voia

En grece, ou il fu bien venus.

La fu por damedieus tenus.

Une cité fist la moult noble :

Argos ot non. De tout vignoble

Sot baccus l’art et la nature.

En vignes planter mist sa cure.

Par lui furent le cep planté,

Dont li Grejois orent plenté

De vins, et pour ce l’aoroient

Cil, qui volentiers les bevoinet,

Et teulz y ot qui tant en burent,

Que forsenez et yvres furent :

Pour ce fu Baccus apelez

D’aucuns, qui en furent pelez

Et de tout lor avoir delivre.

Pour ç’ot non Liber qu’il delivre

L’ome yvrais de terre et d’avoir

Et de science et de savoir,

Mes ses propres nons fu Dynise.

En Ynde fist la cité Nyse,

Qui de son non fu sornomee :

De Dynise Nyse clamee.

Le Yndiens par ses vins prist,

Et l’us des vignes lor aprist,

Si fu dieus dou vin apelé.

Fouldroїe fu Semelé

Par Joven, qui trop s’en dolu.

Semelé, c’est cors dissolu,

Plain d’ivresce et de glotonie.

Jupiter, qui feu signifie,

C’est desiderrable ardours de boivre,

L’ama, quar plus s’amort a boivre

Cors glous plains de desordenance

Qui li sages plains d’abstinance.

Semelé fu grosse et ençainte,

Si l’avoit Jupiter ençainte,

Qui ot avuecques lui jeü :

Elle ert plaine dou vin beü.

Juno vint pour la decevoir,

Qui voult de vielle vault avoir,

Quar vielle ivresce vait bevent

Plus que pucele de jouvent

Juno note fragilité

Femeline, ou trop a vilté,

Quant feme a trop boivre s’amort.

Par son ami fu mise a mort

Semelé, quar maint lescheour

Maint gloton et maint beveour

Sont destruit et perdent la vie

Par outrageuse beverie.

Li vins a duoble nourreture,

Quar tant com li frois d’iver dure,

Ce dient ces naturien,

Se conçoit li vins au viёn,

Aussi comen ou ventre la mere,

Et quant li chaulz d’esté repaire,

Si saillent li bourjon a plain

Fors des viёn, et tout est plain

De fueilles et de fruit ensamble,

Et lors se norrist, ce me samble,

Par le chault jusqu’as moustoisons,

Et c’est, ce samble, la raisons

Pour quoi la fable controuva

Que Baccus, qui le vins trouva,

Fu trais du ventre de sa mere,

Et cousus ec la cuisse au pere.

Juno, qui l’air bas signifie,

Fu sa marrastre et s’anemie,

Quar de l’air viennent les broёes,

Les froidures et les gelees,

Qui vont les borjon escuisant,

Ou li mal orage nuisant,

Qui tout tempestent et tout batent

Par le vignes ou il s’embatent.

Autre sentence i puis escrivre.

Semelé signifie ame yvre

Et plaine de divine amour,

Qui tous jours doit estre en cremour,

En doute et en cure de perdre

L’amour ou ses cuers doit aerdre,

Si n’a bouche ne cuer aillours,

Fors a parler de ses amours

Et penser a son comant.

Cele se doit diligammant

Garder et metre s’entendue

Qu’el ne soit prise et deceüe,

Et que maulz esperis ne viegne

Qui la deçoive et qui la pregne

Souz umbre et suoz voil de bon oeuvre,

Quar mains maulz esperis se coeuvre

Souz bon umbre, pour alechier

Les bons et pour fere eulz pechier,

Et maint folz prophete vendront

Au monde, et pour Dieu se tendront,

Si diront chascuns qu’il est Cris,

Si com dist le Devins Ecris,

Et ce nous aferme et fait croire

Jhesu Cris, le nostre adjutoire,

Nostre salus, nostre sauverres,

Nostre Dieu, nostre norrisserres,

Qui nous aprent la droite forme

De bien amer, si nous enforme

A Dieu requerre et lui proier

Que s’amour nous vueille otroier,

Tel comme il fist a son enfent,

C’autre amour veё il et deffent,

Et se nulz voloit bien enquerre

Com Dieus ama son fil en terre,

Il savroit que, des qu’il i vint,

Humble et povre estre li convint,

Et vivre en paine et en aspresce,

En penitance et en destresce,

Et mains griez tumultes souffri,

Et puis son propre cors offri

Por nous a mort despite et vis.

Ensi l’estut em Paradis

Entrer, et regner a la destre

Dieu le pere, en glorie celestre.

Ensi veult Dieus que l’en i mont,

Non pas pour les delis dou mont,

Ne pas les terrienes gloires,

Qui sont vaines et trancitoires.

Ensi s’en monterent jadis

Li sant prodome em Paradis,

Qui d’amours furent abrevez,

Et de la Dieu grace enyvrez,

Cil qui le monde despisoient,

Et pour l’amour Dieu se lessoient

Liёment ocirre et deffaire.

Ensi doit la sainte ame faire

Qui d’amours est bien abevree

Et de la Dieu grace enyvree,

Qu’il ne li chaut coment qu’il aille

Dou cours mes qu’ele a Dieu ne faille,

Et qu’el puisse o son ami vivre

En Paradis franche delivre.

C’est li drois et c’est òa costume

De l’ame qui art et alume

De l’amour a son Sauvaor,

Que nulle mondaine paor

De mort,de mal ne de contraire

Ne la porroit d’amors retraire,

Ains vaudroit son cors propre offrir

A touz mondains perilz souffrir

Et tout reçoit pacielmant,

Pour l’amor Dieu, son vrai amant,

Tout afflit et tute laidure,

Tuot mal et toute bleceure,

Et mort temporel ensement

En sueffre elle joiousement,

Et Dieu en sa gloire l’embrace.

Aucun sont qui pas n’ont la grace

De si fervent dilection

Mes par lor foible infection,

Qui asprement les assaudroit

En temptant, li cuers lor faudroit

Et li propos de bone vie,

Mes pour ce ne les lesse mie

Dieus defouler aus anemies,

Mes, com vrais peres et amis,

Par sa grant debonaireté

Sousporte lor enfermeté

Lor foiblesce, lor impotence,

Et soustient par sa pacience.