Argfm13

 

 

1400ca.

Christine de Pizan. EPISTRE OTHEA. 30, 07-30,41

(Edition critique par Gabriella Parussa, Genova 1999)

 

Texte. XXX. .

Gardes, en quelque lieu que soyes,

Qu'endormy des floyolz ne soies,

Mercurius, qui souef chante,

Les gents o son flajol enchante. 

 

Glose .XXX

Dit una fable que, quand Jupiter amoit Yo la belle, que Juno y ot moult grant souspeçon et du ciel descendi en une nue pour son mari surprendre ou fait, mais quant Jupiter la vit a venir, il mua s’amie en une vache ; mais n’en fu pour tant Juno hors de pensee, ains la vache lui demanda en don et Jupiter, maugré son courage, lui ottroya, comme cil qui veer ne lui osa pour doubte de souspeçon. Adont Juno a Argus, son vacher, qui cent yeulx avoit, bailla la vacher, a garder et toudis la gaitoit, mais le dieu Mercurius, par le commandement de Jupiter, prist son flajol qui soeuf chante et tant corna  a l’oreille de Argus que tous ses cent yeulx  l’un après de l’autre l’endormi, pui lui toli la vache et le chief lui tranchia. L’exposition de ceste fable peut estre que aucun poissant homme ama une damoiselle, que  sa femme prist par devers soy pour gaitier que son mari n’i peust adeser, et grands gardes y mist et cler voyans, qui peuent estre nottez par les yeulx Argus, mais l’amant par personne malicieuse et bien parlant fist tant faire que les gardes se consentirent a rendre l’amie, et ainsi furent endormis par les flajolz Mercurius et orent le chief  tranchié. Pour ce dit au bon chevalier que a tel flajol ne se doit laissier endormir, que il ne soit desrobez de ce que il doit  laisser bien garder. Et a ce propos  dist Hermés : «  Gardez vous de ceulx qui se gouvernent par malice ».

 

Allegorie .XXX .

Par les flajolz Mercurius pouons entendre que par l’ancian ennemi ne soit deceu par aucune incredulité sur la foy ou autrement le bon esperit. Et doit croire fermement l’article que dit saint Mathieu l’euvangeliste, qui dit que Dieu venra juger les vifs et les mors, ou il dist : «  Inde venturus iudicare vivos et mortuos »